ECOLO
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Evelyne Huytebroeck: "La Russie refuse une référence à l'homosexualité à la 9e conférence des ministres de la jeunesse du Conseil de l'Europe".

Lors de la 9e conférence des ministres de la jeunesse du Conseil de l'Europe, à Saint-Petersbourg, la Russie a refusé un amendement de la délégation belge emmenée par Evelyne Huytebroeck (Ecolo) et Pascal Smet (Sp.a) , respectivement ministres de la jeunesse de la Communauté française et de la Communauté flamande.

Il n'y a donc "pas eu d'accord sur une déclaration finale sur les "droits des jeunes"" a déclaré la ministre Huytebroeck.

La délégation belge avait insisté sur le fait que TOUS les droits des jeunes devaient être protégés, sans tabou.

Evelyne Huytebroeck nous a informé que "la délégation russe avait refusé l'amendement que les ministres belges de la jeunesse avaient déposé pour que les jeunes puissent jouir de leurs droits sans discrimination quels que soient leur origine, culture, condition sociale, orientation sexuelle... La question de l'orientation sexuelle a bloqué totalement les Russes, il a des lors fallu constater l échec. Il n'était pas question de transiger sur nos valeurs pourtant acceptées lors de déclarations précédentes. Nous sommes intervenus fortement pour déplorer ce non-accord alors même que nous avions proposé un compromis."

Et la ministre de concclure: "La situation en Russie se durcirait-elle quant a certaines questions?"

Communiqué de presse: Evelyne Huytebroeck et Pascal Smet se battent pour les droits de tous les jeunes à Saint-Petersbourg

En tant que ministres de la Jeunesse, respectivement de la Communauté flamande et de la Fédération Wallonie- Bruxelles, Pascal Smet et Evelyne Huytebroeck participaient ensemble ce week-end à la 9ème Conférence des Ministres de la Jeunesse du Conseil de l’Europe. Cette année, la conférence avait pour thème : « Les jeunes et l’accès aux droits : développement de politiques de jeunesse innovantes en Europe. » La conférence devait déboucher sur une déclaration commune et des recommandations adressées au Comité des Ministres du Conseil de l’Europe. Les deux ministres belges de la jeunesse présents souhaitaient qu’une référence soit faite, dans la déclaration, aux discriminations basées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre. Mais cet ajout a été jugé inacceptable et non discutable pour la délégation russe, hôte de la Conférence.

Depuis sa création, en 1949, le Conseil de l'Europe a pour mission principale de veiller au respect de valeurs fondamentales : les droits de l’homme, la démocratie et la prééminence du droit. Au sein du Conseil de l'Europe, 50 pays sont actifs dans le secteur de la jeunesse.

Devant les représentants de ces pays, Evelyne Huytebroeck et Pascal Smet ont regretté l’attitude de la Russie et le fait qu’il n’y ait pu avoir de déclaration commune. Les deux ministres sont intervenus de manière forte lors de la séance de clôture de la Conférence : « En 1949, nous sommes devenus membres du Conseil de l'Europe parce que nous croyions dans les valeurs des droits de l'homme, de la démocratie et de la justice. Sur la base de ces valeurs fondamentales, nous aurions dû trouver une solution ensemble. La coopération entre les États membres est le seul moyen de lutter contre la discrimination concernant l'orientation sexuelle et l'identité de genre ».

Les discours d’Evelyne Huytebroeck et de Pascal Smet ont été bien accueillis à la session de clôture à Saint- Pétersbourg, se terminant même par une « standing ovation » et de longs applaudissements. Mais l’absence de déclaration finale est cependant synonyme de crise au sein du Conseil de l’Europe. Les ministres belges de la Jeunesse souhaitent toutefois maintenir un dialogue avec la Russie.

Evelyne Huytebroeck, ministre de la jeunesse de la Fédération Wallonie-Bruxelles : « Je regrette fortement que la Conférence n’ait pu aboutir à une déclaration commune, un compromis était possible mais il n’était pas question pour nous de transiger sur nos valeurs communément admises dans plusieurs textes adoptés précédemment par le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe. On ne peut remettre en question ces valeurs: l’accès aux droits, à tous les droits quels que soient les jeunes, est une priorité ».

Pascal Smet: « Etre homosexuel n'est pas un choix, c'est ce que vous êtes. Il s'agit bien souvent d'un choix entre une vie heureuse ou malheureuse. Les jeunes ont le droit de savoir et de comprendre. Eux et leur famille ont droit à l'information. C'est pourquoi nous nous sommes battus pour l'ajout, dans le texte, de la question de l'orientation sexuelle et de l'identité de genre. Il s'agit de droits de l'homme! Informer sur l’homosexualité, ce n’est pas de la propagande. Cela aide les jeunes à trouver leur chemin. Grandir n'est pas facile, ne rendons pas nous, adultes, la chose plus difficile encore…. La diversité, la solidarité et la tolérance, c'est l'avenir de l'Europe. Notre lutte ne s'arrête pas aujourd'hui. »

A ne pas manquer !
- Don de Sang
Actu ECOLO
Remonter en haut de la page